Google vers 100% d'énergies renouvelables

jeudi 19 septembre 2013 Écrit par  Yves Heuillard

Suivant sa stratégie verte, Google vient d'acheter la totalité de la production électrique d'une ferme éolienne de 240 MW qui sera construite près de Amarillo au Texas.

La consommation électrique de Google est de l'ordre de 3,5 milliards de kWh par an (2,7 milliards de kWh en 2011, selon Google). L'acquisition de la production électrique de la ferme éolienne de Happy Hereford, près de Amarillo au Texas, d'une puissance de 240 MW, portera à 570 MW la capacité de production électrique d'origine éolienne acquise par Google.

Pour vous faire une idée, 570 MW d'éolien produisent de l'ordre de 1,2 milliard de kWh par an, soit encore la consommation d'environ 170 000 foyers américains (le double en Europe). L'objectif de Google est de parvenir à consommer 100% d'électricité renouvelable, sachant que l'entreprise affiche déjà sa neutralité carbone en compensant ses émissions (1,5 millions de tonnes de CO2 en 2012) et, selon sa propre communication, ses serveurs seraient 2 fois moins énergivores que la plupart des serveurs.

La ferme éolienne de Happy Hereford sera mise en service fin 2014. Elle est construite par Chermac Energy, une entreprise locale du secteur de l'énergie possédée par une tribu indienne.  

Le type d'accord passé par Google avec Chermac Energy n'est pas nouveau pour Google. Il s'agit d'acheter toute l'électricité, de garder l'ensemble des certificats d'énergie verte qui y sont associés et de revendre l’électricité non consommée sur le réseau électrique local.

Plusieurs avantages : Google peut se prévaloir du caractère renouvelable de l'ensemble de l'électricité produite comme si elle la consommait réellement ; la région bénéficie du développement de sa production d'électricité renouvelable ; le contrat de vente d'électricité, par la garantie qu'il apporte, permet à l'énergéticien partenaire de financer le développement de nouveaux projets à meilleur compte. En théorie Google pourrait perdre de l'argent à court terme, c'est à dire que l'électricité non-consommée pourrait être vendue à perte (par rapport au prix de contrat) sur le réseau électrique local. Mais en contrepartie, le prix des kWh réellement consommés par Google sont payés au tarif de la production.

Eolienne cerf-volantIntelligence verte

Google a fait de nombreux investissements dans les technologies vertes. Outre ses multiples participations dans les renouvelables (dont également des parcs photovoltaïques et du solaire thermo-électrique) citons sa participation dans Solarcity, une entreprise américaine qui installe des panneaux solaires gratuitement sur les toits des particuliers avec un montage financier astucieux qui profite au propriétaire du toit. Citons également, même si c'est anecdoctique, l'acquisition de Makani Power, une jeune entreprise qui développe des éoliennes volantes (photo ci-contre, Makani Power).
En savoir plus sur le Google Green Blog.

Apple aussi

Google n'est pas seule grande entreprise dans le secteur des technologies de l'information à investir dans les énergies renouvelables. Apple a annoncé au printemps dernier recourir désormais à 75% d'électricité renouvelable. Ci-dessous en vidéo le parc solaire d'Apple associé à son centre serveur de Maiden en Caroline du Nord (ne cherchez pas le son, il n'y en a pas).

[video:http://www.youtube.com/watch?v=_FJ6_kEEKJg  480x300]

Neutralité carbone contre énergies renouvelables

Nous invitons notre lecteur à faire la différence entre les engagements de neutralité carbone des entreprises et l'investissement dans les énergies renouvelables. La neutralité carbone relève souvent d'artifices de calculs dans lesquels la compensation carbone joue un rôle important. La compensation carbone est largement mise en cause par les associations de protection de l'environnement qu'elles considèrent souvent comme une duperie. Voir par exemple notre article "Cheatneutral.com compense vos infidélités sur le modèle de la compensation carbone".

Photo d'ouverture CC : Valard construction d'éoliennes - Gesner Wind Farm dans l'Ontario