Silicon valley clean tech Kleiner Perkins

mardi 13 mai 2008 Écrit par  Michel Ktitareff
500 M$ pour accompagner les start-up clean tech de la Silicon Valley vers le marché

S'il fallait une preuve définitive que la Silicon Valley mise gros sur les clean tech, elle serait apportée par l'annonce d'un nouveau fond d'investissement annoncé début mai. Il ne s'agit pas de n'importe quelle somme : 500 millions de dollars. Il ne s'agit pas non plus de n'importe quelle firme de capital-risque : Kleiner Perkins Caufield & Byers, considérée avec Sequoïa Capital, comme « l'inventeur » du modèle de financement des start-up technologies de la Silicon Valley depuis un demi siècle.

Il ne s'agit pas, enfin, d'un simple enième fond : celui-ci, par son ampleur, est destiné à financer de façon importante (50 millions de dollars en moyenne), les start-up clean tech californiennes prêtes à entrer sur le marché avec des produits commerciaux viables. C'est en partie pourquoi KPCB a embauché récemment Al Gore, afin qu'il ouvre de nouveaux marchés à ces technologies.
KPCB finance depuis longtemps des start-up solaires, des technologies électriques ou des bio-carburants. Il s'agit aujourd'hui de faire le dernier geste, le plus coûteux, celui qui permet de transformer une technologie innovante en produit commercial à succès. L'une des forces principales de la Silicon Valley.