Earthrace, symbole de la folie des hommes ?

mercredi 28 mai 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

 pollution ocean pacifique nord earthrace

Earthrace a un objectif simple : établir le record du tour du monde avec un bateau de pointe, consommant seulement du biodiesel 100 % renouvelable, et dont le bilan carbone serait, selon les promoteurs de l'opération, neutre. Le bateau Earthrace entreprend également un tour promotionnel de deux ans pour promouvoir les carburants renouvelables auprès des populations d'une centaine de grandes villes du monde.

earthraceFaire une course à toute allure sur des milliers de kilomètres, en consommant du fioul, simplement pour aller vite nous semble un défi d'un autre siècle. Earthrace est sans aucun doute une belle aventure technique et humaine, mais que l'engin brûle un agrocarburant (qu'il faut d'ailleurs probablement transporter à chaque étape), produit à partir de soja ou de colza, et ce dans un contexte de crise alimentaire mondiale, nous paraît malvenu. Earthrace est essentiellement une opération de promotion des agrocarburants dont l'usage est par ailleurs largement décrié. Mais Earthrace lui même n'est pas l'objet de notre article.

Le septième continent
En fin de semaine dernière, lors de la traversé du Pacifique Nord, l'équipage a alors pris conscience de l'effarante pollution qui s'accumule dans ces eaux (voir le communiqué de presse). Des millions de tonnes de déchets sont charriés par les courants marins et s'accumulent au point de former un continent grand comme six fois la France.

pollution ocean river amrfCar, dans le Pacifique Nord, les courants marins forment globalement un gigantesque tourbillon. Tous les déchets qui sont alors déversés dans cette partie de l'océan, flottent pendant des années et sont acheminés inexorablement vers la même zone, au centre de ce tourbillon. L'accumulation des déchets plastiques produits par les activités humaines a ainsi causé l'apparition de ce nouveau continent. Et ce terme n'a rien d'un superlatif : cette masse boulimique s'étend maintenant sur plus de 3,43 millions de km², soit un tiers de la superficie de l'Europe, et totalise un poids de 3,5 millions de tonnes pour plus de 3,3 millions de déchets de diverses tailles par km². En plusieurs endroits, cette plaque atteint même 30 mètres d'épaisseur ! L'Algalita Marine Research Foundation, qui observe les évolutions de ces déchets depuis plus dix ans, explique que la taille de cette masse géante a déjà triplé depuis le milieu des années 90 et qu'elle pourrait être multipliée par dix d'ici l'année 2030.

pollution ocean amrf Une pollution gravissime pour l'écosystème

Les plastiques ayant une durée de vie de 500 ans, ce nouveau continent n'est pas près de disparaître par dégradation naturelle. Selon les experts, les conséquences sur la vie marine seront bientôt irrémédiables. Ressemblant à certains éléments nutritifs, ces morceaux de plastique sont avalés par les poissons qui ne peuvent pas les digérer, ce qui met alors en péril l'intégralité de la chaîne alimentaire.

La solution devra être à la taille de ce continent et le nettoyage de l'océan coûtera plusieurs milliards d'euros. Mais l'avertissement est lancé. Les océans comme la terre ne pourront supporter encore très longtemps l'exploitation intensive et la pollution humaine. Earthrace lui, continue sa course de folie autour du monde. Pour vous détendre, nous vous conseillons un petit détour vers le mouvement Slow .

Liens utiles

Site de Earthrace

Communiqué de presse de Earthrace sur la pollution du Pacifique

Algalita Marine Research Foundation

Pour en savoir plus : plan d'action contre la pollution des océans

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.