Le design désormais inséparable de l'écologie

vendredi 13 juin 2008 Écrit par  Romain Houette

dwell-wacom-eco-design.jpg

Le 6 juin dernier, le très respecté magazine Dwell (Architecture, design, style de vie), a organisé coinjointement avec Wacom (le fabriquant japonais de tablettes graphiques ultraperfectionnées) le Dwell Wacom Live Ecodesign Challenge, qui s’est déroulé au musée d’art contemporain de Los Angeles. Lors de ce tournoi, huit designers étaient en compétition pour réaliser, en temps réel depuis leur tablette graphique, le dessin d’une habitation à la fois esthétique et écologique.

Le jury et le public pouvaient voir l'imagination des designers prendre forme sur un écran plasma géant de 10 mètres de diagonale. Selon le règlement, les concurrents devaient concevoir, en 45 minutes, « une maison modulaire alimentée par des énergies renouvelables, avec de la couleur, une abondance de lumière naturelle et avec un bonne harmonie intérieure, qui pourrait être construit pour moins 300 000 dollars (200 000 euros) et ne serait pas plus grand que 300 m² ».

La difficulté liée à ces contraintes augmente avec le fait que les concurrents doivent réaliser leur œuvre en temps réel, et face à un public. Les huit concurrents viennent des meilleures écoles de Los Angeles. Selon une déclaration de Geoff Manaugh de Dwell « le créateur d'un design original, en temps réel, face aux spectateurs, respectant le nombre important de contraintes rigides, gagnera certainement le titre du meilleur designer. »  dwell-olek-novak-zemplinski-1.jpg
Grand gagnant de ce superbe tournoi : Olek Novak-Zemplinski (dessins ci-dessus pour l’extérieur et ci-dessous pour l’intérieur). Les qualités environnementales de son concept sont un attrapeur de vent pour la ventilation et la climatisation, et un isolant aux allures de verdures pour améliorer l’isolation extérieure. Une verrière est également prévue pour aménager le grenier et le toit. Le petit plus qui nécessite peu d’imagination innovante, mais qui apporte beaucoup à l’entretien du jardin, est une chèvre, que Olek dessine à côté de la maison. 

dwell-olek-novak-zemplinski-2.jpg

Seuls les deux premiers prix sont récompensés. Le second prix revient à Mark Goerner (photos ci-dessous), qui offre en très peu de temps un dessin d’une qualité extraordinaire et d’une créativité étonnante. Le public reste bouche-bée devant, le dessin époustouflant et futuriste de Mark Goerner, produit en seulement 45 minutes. Selon le président du jury de l'événement Paul Petrunia, qui est également l'éditeur d'Archinect.com et Bustler.net, « Goerner a démontré une habileté de dessin stupéfiante, mais il n'a pas satisfait toutes les conditions du tournoi. La maison d'Olek a été joliment dessinée, et en plus de l’intégration d'un certain nombre d'éléments écologiques, il a rempli les exigences budgétaires. » Il est assez simple de comprendre comment les juges sont parvenus à cette décision : il est clair que Groerner a explosé le budget, à coup sûr.

dwell-goerner1.jpg

dwell-goerner2.jpg

Pour aller plus loin sur le sujet

Liste et biographie des membres du jury et des compétiteurs

Le site de Dwell

Le site de Wacom

Le blog de Marc Goerner

les sites de Bustler et de Archinet (les sites du président du jury)

Et sur DDmagazine

Tous les articles relatifs à l'architecture

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.