Comment le réchauffement provoque des séismes

jeudi 09 avril 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

glacier alaskaCet article a été écrit au milieu de l'année 2008 après les tremblements de terre de la province de Sichuan en Chine. Les récents tremblements de terre des Abruzzes en Italie nous poussent à remettre à l'ordre du jour les travaux scientifiques qui lient, dans une certaine mesure, le réchauffement climatique et l'activité sismique. Mais quel est ce lien ? comment est-ce possible ?

Tous les écoliers savent que les glaciers sont en mouvement. Ils avancent, très lentement tout de même, le long des parois rocheuses. Ils sont en fait comme d'immenses rivières solides. On sait également que le réchauffement climatique augmente la vitesse des déplacements des glaces. En effet, avec la température, la quantité d'eau dans le glacier augmente, ce qui facilite le déplacement (vous avez probablement déjà utilisé de l'eau pour démouler les glaçons du réfrigérateur).  Par contre, ce que l'on sait moins, c'est que les glaciers avancent par à-coups.

Les glaciers bougent par à-coups

glacier-scientifiq.jpg

 Les scientifiques ont montré qu'à l'intérieur d'un glacier, les blocs de glace se pressent les uns contre les autres, transmettant leurs efforts jusqu’aux parois, et ce jusqu'à ce que la masse totale avance de quelques centimètres brusquement et d'un seul coup.  
De nouvelles recherches, publiées dans la Revue Nature en juin 2008, indiquent que la région de l'Ice Stream Whillians dans l'ouest de l'Antarctique, qui mesure plus de 18 000 km², se déplace de plus de 60 cm deux fois par jour. Ces mouvements saccadés, enregistrés à l'aide d'un GPS, sont comparables à des tremblements de terre d'une amplitude de 7 sur l'échelle de Richter. Cela équivaut quasiment au tremblement de terre du 12 mai 2008 du Sichuan en Chine. 

Les signaux sismiques enregistrés en Antarctique ont été perçus jusqu'en Australie, soit à une distance de plus de 6400 kilomètres du point d'origine. Il n'y a pas là de quoi valider l’influence de la fonte des glaces sur les tremblements de terre qui se produisent à l’autre bout du monde, mais d'autres travaux, ménés en Alaska attestent d'un lien de causalité entre fonte des glaces et séismes locaux. 

glacier fissureFonte des glaces et tremblements de terre en Alaska

Des scientifiques ont réalisés d'autres mesures et d'autres observations en Alaska ou encore en Himalaya, et les conclusions tirées des observations de l'Ice Stream Whillians en Antarctique ont été validées et généralisées.

Selon la Nasa, en 1979, un séisme de magnitude 7,2 sur l'échelle de Richter aurait été provoqué par la rapide fonte des glaces dans le sud de l'Alaska. La région est particulièrement propice à ces observations parce qu'elle est à la fois couverte de glaciers et sur une zone de collision de deux plaques tectoniques. Selon le site de la Nasa, la pression des glaces aiderait à la stabilité des plaques, mais la diminution de la charge glaciaire augmenterait la probabilité de séismes. 

Le magazine Science & Vie consacre d’ailleurs à ces tremblements provoqués par l’activité humaine un dossier intitulé "Quand l’homme fait trembler la terre" dans son numéro du mois d’avril. La fonte des glaces, largement due à l’augmentation des gaz à effet de serre, n’y est pas la seule incriminée. D’autres activités humaines, telles que les la construction de barrages, l'extraction minière, les explosions souterraines ou les essais nucléaires et la géothermie agressent la croûte terrestre, jusqu’à provoquer des séismes dits d'origine artificielle ou "séismes induits".

Autre lien :

Toute la recherche dans le domaine de la glaciologie : International glaciological society
 

Si vous avez aimé cet article vous devriez aussi aimer :

L'état des océans vu de Google Earth

Irlande merci de ne pas nous faire roussir

Découvrez le fantastique atlas de l'Afrique en mutation

Le réchauffement climatique c'est fini

Quelques degré de plus et alors ?

Polluez plus pour réduire l'effet de serre   

Les glaces du Groenland fondent à une vitesse record