British Energy : le tour du futur propriétaire

vendredi 01 août 2008 Écrit par  Yves Heuillard
British-Energy-centrale-nucleaire

L'annonce officielle du rachat par EDF de l'électricien britannique British Energy était attendue ce matin. Et pourtant. Le groupe français a finalement fait un pas en arrière dans la nuit d'hier à aujourd'hui par le biais d'un communiqué indiquant : " Après des discussions approfondies, EDF estime que les conditions permettant un développement majeur en Grande-Bretagne ne sont pas réunies à ce jour." Information confirmée ce matin lors d'une conférence de presse de dernière minute. Les deux parties indiquent toutefois poursuivre les discussions. En attendant, DDmagazine offre un petit tour du propriétaire aux actionnaires du potentiel acquéreur.

Bristish Energy c'est huit centrales nucléaires, 15 réacteurs dont le démantèlement prévu s'échelonne entre 2014 et 2035, et une centrale à charbon. British Energy produit 1/6 de l'énergie de l'électricité du Royaume-Uni pour 5 millions de clients. L'électricien britannique possède huit des dix centrales nucléaires du pays. Voici en image, ce qui est au coeur des discussions pour un montant compris entre 15 et 16 milliards d'euros

British-Energy-centrales-nucleaires.jpg

1 - Heysham 1, 1160 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1983). 7,5 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2014. En panne depuis novembre 2007*.

Heysham 2 - en second plan sur la photo : 1230 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1988). 9,45 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2023.  

2 -  Dungeness B 1090 MW, 2 réacteurs (démarrage en1983). 4,47 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2018. 

3 - Eggborough, 1960 MW centrale au charbon (démarrage en 1967). 7,2 TWh produits en 2007.

4 - Torness, 1250 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1988). 7,6 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu 2023.

5 - Hunterston B, 840 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1976). 3.51 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2016. 

6 - Sizewell B, 1188 MW, 1 réacteur (démarrage en 1995). 8.90 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2035. 

- Hinkley Point B, 860 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1976). 4,19 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2016.

- Hartlepool, 1190 MW, 2 réacteurs (démarrage en 1983). 5,6 TWh produits en 2007. Démantèlement prévu en 2014. En panne depuis novembre 2007*.

Source de l'information British Energy

* Selon TradingMarkets.com

Quelques chiffres et autres informations

Capacité totale de production : 10 768 MW soit environ 10 millions de kW. Coût d'un réacteur neuf (de l'ordre de 1 000 € par kW selon nuclearinfo.net). Prix du neuf pour cette capacité : 10 000 x 106 euros = 10 milliards de d'euros. Coûts de fonctionnement par kWh : 1,2 cts d'euros incluant les coûts de traitements des déchets (toujours selon nuclearinfo.net). 7 des 8 centrales sont basées sur la technologie graphite-gaz, technologie d'un autre âge abandonnée en France dans les années 60 et remplacées par la techonologie dite " à eau pressurisée". Seule Sizewell B est à eau préssurisée. Les centrales de Hartlepool et Heysham 1 sont en cours de réparation pour un montant initial de 65 millions d'euros porté très probablement au double selon TradingMarkets.com. Les autorisations de fonctionnement ont déjà été allongées de 10 ans, il ne faut pas compter sur de nouveaux reports de l'obligation de démantèlement. Il faut entre 3 et 5 ans pour construire et démarrer une centrale nucléaire. La disponibilité d'une centrale neuve est supérieure à 90%. La valorisation de British Energy devrait tenir compte des aides accordées par l'Etat britannique, le cas échéant. La plupart des sites de British Energy disposent aussi de terrains qui peuvent recevoir de nouveaux réacteurs. En 2004, British Energy, en quasi-faillite, a fait l'objet d'un plan de sauvetage par l'état brintannique (injection de 3 milliards de livres contre 35,7% du capital). Les coûts de démantèlement entre 200 millions d'euros et 1,2 milliard par réacteur (selon world-nulcear.org) sont pris en charge par un fond public le Nuclear Liabilities Fund crée au moment du sauvetage et alimenté par British Energy et l'Etat. Sur ce sujet on lira avec intérêt notre article sur les coûts de démantèlement.


A lire également dans DDmagazine

Survol des installations nucléaires françaises en vidéo (une production originale de DDmagazine, à voir absolument si le nucléaire vous intéresse)  

Tricastin : l'accident nucléaire décodé

Des centrales nucléaires au milieu des villes ?

Tous dans l'avion du nucléaire la piste d'atterissage n'est pas construite (par le professeur Ulrich beck, sociologue allemand). 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.