Quel éco-habitant êtes-vous ?

mercredi 30 juillet 2008 Écrit par  Laurence Parmelan
eco-village-1.jpg

Envie d'évasion ? Vous attendez les vacances avec impatience ? Imaginez que ce soit un départ sans retour. De l'éco-quartier urbain à l'éco-hameau communautaire, il existe de nombreux modèles de lieux de vie écologiques. Leur point commun : tous visent le plus possible l'autosuffisance. De l'indépendance énergétique à la fabrication de fromage, les possibilités sont infinies. Et vous, quel éco-habitant êtes-vous ? Voici quelques expériences pour vous aider dans votre réflexion.

Sur la commune de Tallone, à 15 kilomètres d'Aléria, quatre personnes, soutenues par un réseau de sympathisants, ont formé une association pour créer l'éco hameau de Fondale. Un éco-lieu qui s'étend sur une surface de 15 hectares. Les quatre fondateurs des lieux vivent ici à l'année dans un bungalow, un cabanon ou une yourte fabriqués à partir de bois provenant d'arbres locaux. Tous ont fait « un choix de vie », explique Sylvain, un des membres fondateur de l'association Fondale et habitant des lieux. Le choix d'une vie sobre avec quelques panneaux solaires pour alimenter l'éclairage, une chaudière au bois pour les besoins en chauffage et en eau chaude et une production de légumes pour s'alimenter. Bref, une aventure humaine pour se rapprocher chaque jour un peu plus de la nature en ayant pour but de vivre en autonomie.

Et l'éco-village de Fondale ouvre ses portes aux vacanciers, routards, retraités... à tous ceux qui sont désireux de passer du temps dans un lieu qui conjugue mixité sociale ; espaces collectifs et espaces privés.

De plus en plus de projets se développent dans cet état d'esprit. Sur DDmagazine, nous vous parlions il y a quelques mois du projet de construction de l'éco-village de Glandwr, dans la forêt du pays de Galles. Neuf maisons doivent s'implanter avec l'objectif de produire 75 % des besoins énergétiques. Mais pas seulement, les Lammas, comme ils se font appeler, comptent aussi cultiver leurs légumes, élever leur bétail, fabriquer leurs propres vêtements. 

eco-village-solar-community.jpgPour les éco-citadins, il exite aussi de nombreuses possibilités. Au Canada, une communauté résidentielle a vu le jour en septembre 2007 à Okotoks dans l'Alberta (photo ci-contre). Appelée communauté solaire de Drake Landing, elle rassemble 52 logements. Et ses habitants subviennent à 90 % de leurs besoins en chauffage et à 65 % de leurs besoins en eau chaude grâce à l'énergie solaire ; et ce malgré que les températures chutent jusqu'à -33 °C ! La communauté utilise un réseau de stockage thermique saisonnier en puits. Cette structure souterraine permet d'emmagasiner les 1,5 MW d'énergie solaire produits quotidiennement l'été par 800 panneaux pour être ensuite utilisés l'hiver (voir l'explication technique - document PDF).

Aux Etats-Unis, c'est une ville entière qui doit être reconstuire à la norme d'éco-construction américaine LEED (Leadership in Energy and Environnemental Design). Greensburg a été détruite à 95 % par une tornade en mai 2007 et la municipalité s'est engagée à reconstruire une ville exemplaire en matière d'écologie en respectant le niveau de construction Platine, le standard le plus exigeant des Etats-Unis (il existe quatre niveaux d'éco-construction LEED : certifié, argent, or et platine). Il s'agira de la première construction écologique à une si grande échelle : Greensburg compte 1 500 habitants. Les critères fixés par le standard LEED sont l'aménagement écologique des sites, la gestion de l'eau, l'énergie et l'atmosphère, les matériaux et ressources, la qualité des environnements intérieurs et l'innovation et le processus de design.  

Pour aller plus loin :

Le projet d'éco-ville de Greensburg, Kansas (US)
Drake Landing Solar Community
Le réseau des éco-lieux de France
Réseau et revue éco-villages

A lire aussi sur DDmagazine

Un éco-village agricole et autonome
Vivre en bande et dans les bois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.