Océans : source d'énergie inépuisable et prévisible

lundi 20 octobre 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

energie-oceans-y-caradec-flickr.jpg

Encore à ses prémisses, l’énergie électrique tirée des océans pourrait fournir 20% des besoins du Royaume-Uni ou 25 % de ceux du Canada. Voici l’une des conclusions du rapport de Greentech Media et de l’institut pour le développement durable Prometheus rendu public la semaine dernière. Le rapport dresse l'analyse du potentiel des océans, et des technologies pour l'exploiter.

L’énergie des océans est abondante. Son principal atout : elle est prévisible. En effet, la capacité énergétique générée par les vagues peut être anticipée, entre trois et cinq jours à l’avance. Et la puissance des courants marins générés par les marées, qui sont 832 fois plus dense que les vents alimentant les turbines des éoliennes,  peut être prédite des centaines d’années à l’avance, rapporte l’étude.

Depuis 2001, 500 millions de dollars ont été investi dans les 35 sociétés les plus actives de cette industrie. Mais le secteur n’en est qu’à ses prémisses. A ce jour, exploiter l’énergie des océans pour les industries est rarement générateur de revenus. Seule une poignée de sociétés ont reporté quelque forme de revenus.

A l’heure actuelle, parmi les 35 industriels répertoriés dans cette étude, 24 développent des technologies de récupération d’énergie provenant des vagues. « Ceci s’explique sans doute par la taille et la disponibilité des vagues dans les océans comparé à la ressource provenant des courants marins et du flot des marées », estime le rapport.

La plupart des sociétés du secteur développent des technologies appelées " point absorbers ". Contrairement à d’autres systèmes, ces absorbeurs statiques, qui ressemblent aux bouées des chenaux en beaucoup plus grands, sont capables d’absorber l’énergie provenant de vagues multidirectionnelles. Le système demande toutefois à être ajusté aux conditions climatiques locales.

Parmi toutes les énergies renouvelables, à l’exception de la géothermie, les marées sont la source d’énergie renouvelable la plus prédictible et la plus fiable. « Cela pourrait aider à alléger le problème de répartition sur le réseau que nombre d’entreprises du secteur de l’énergie citent comment étant un frein au développement des technologies renouvelables », note le rapport. 

Contrairement au solaire photovoltaïque, rappelle l'étude, la recherche et le développement de processus pour exploiter l’énergie des océans se pratiquent depuis des centaines d’années. Le premier brevet, français, pour un système d’exploitation de l’énergie de la mer date du 18e siècle.

Les possibilités de transferts technologiques entre l’industrie du vent et l’industrie des marées est plus évidente que celui issu de l’industrie du pétrole et du gaz en mer. Les hydroliennes (turbine exploitant l’énergie cinétique des courants marins) sont en beaucoup d’aspects identiques aux éoliennes sauf qu’elles produisent plus d’énergie pour une taille inférieure. Une hydrolienne d’un mégawatt peut être un tiers plus petite et produire plus d'énergie qu'une éolienne de la même puissance. 

La Grande Bretagne a mené pendant longtemps le développement des technologies pour exploiter l'énergie des océans. Entre 1976 et 1982, le programme Wave Energy au Royaume Uni a rassemblé 60 millions de pounds pour la recherche dans ce secteur.

D’après l’étude, la Grande Bretagne pourrait générer près de 20 % de son électricité grâce à l’énergie des océans ; 25 % pour le Canada ; et moins de 9 % pour les Etats-Unis. Les premiers déploiements commerciaux à grande échelle sont attendus dans ces pays. A l’exception de projets notables en Corée du Sud ( 300 MW d’électricité Lunar Energy) et en Namibie (6,5 MW  par Oceanlinx).

Résumé de l'étude

Consulter l'intégralité de l'étude (PDF)

Aussi sur DDmagazine :

Nouvelle technologie pour capter l'énergie des océans
Première centrale houlomotrice au monde
Seagen : les hydroliennes ça marche !
Comment fonctionne une hydrolienne
(Vidéo)
EDF se branche sur le courant des océans

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.