Le développement durable selon EDF

lundi 17 novembre 2008 Écrit par  Yves Heuillard

pylone haute tensionDéveloppement Durable : marketing écolo ? C'était le thème de la conférence organisée par le Club Junior-Entreprises1, à l'école des Sciences Politiques de Paris le 5 novembre dernier. Parmi les intervenants, Claude Jeandron, directeur adjoint au DD chez EDF explique à DDmagazine la vision d'EDF en matière de développement durable. En contrepoint à cette interview nous avons ajouté quelques-uns des propos de Yves Cochet, député Vert de Paris, et de Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable et déléguée interministérielle au développement durable, également intervenants de la conférence.

DDmagazine - Monsieur Claude Jeandron, quelle est la part des énergies renouvelables dans la production d'EDF ?

Claude Jeandron - Edf est le premier producteur d'énergie renouvelable d'Europe grâce à son parc hydro-électrique, (NDLR,12 à 13 % de le production) mais nous comptons développer fortement les énergies renouvelables notamment dans l'éolien au travers de notre filiale EDF énergies nouvelles [NDLR : filiale de EDF à 50% ], mais aussi dans le solaire. Nous sommes à la fois producteurs de panneaux avec notre filiale Tenesol (en partenariat avec Total), et aussi installateurs de panneaux solaires. Edf Energies Nouvelles se lance dans la construction de centrales solaires photovoltaïques dites au sol. La première centrale de ce type sera installé près de Narbonne, pour une puissance de 7 MW crête. Les tarifs de rachat de l'électricité, et la baisse des coûts de production de panneau permettent aujourd'hui d'atteindre des niveaux de rentabilité suffisants pour pouvoir envisager un développement.

hydrolienne-open-hydro.jpg

EDF à choisi l'irlandais OpenHydro pour réaliser un démonstrateur de ferme hydrolienne dans les côtes d'Armor sur le site de Paimpol-Bréhat. Une dizaine de machines de 2 MW chacune pourraient être implantées.

DD - Quel investissement ça représente ?

C. Jeandron - Notre stratégie c'est d'axer notre développement de moyen de production sur des énergies sans CO2. Le nucléaire en fait partie, l'hydraulique en fait partie , mais les énergies renouvelables aussi, l'éolien, le solaire. En ce qui concerne l'hydraulique le potentiel de progression est limité à 10 à 15% de la capacité actuelle. Le coût de production de l'éolien est inférieur au marché de gros de l'électricité. Le solaire est trop cher sans incitation. Nous avons aussi quelques projets d'exploitation de la biomasse. Notre investissement sur trois ans est de 36 milliards d'euros, dont 1/3 pour le réseau, 1/3 pour l'entretien du parc actuel, et 1/3 dans des nouveaux moyens de production dont 3,3 milliards pour L'EPR (Le réacteur pressurisé européen NDRL) et autant pour l'éolien [sur 6000 MW de nouvelles capacités pour la période 2006- 2012, les 2/3 vont  néanmoins aux centrales thermiques pour couvrir les besoins de pointes, selon un communiqué du 14 novembre2, NDLR]. Edf énergies Nouvelles investira aussi 500 millions d'euros dans le solaire.

DD - Où en serez-vous à l'échéance 2020 ?

C. Jeandron - Tout dépendra de l'efficacité des moyens d'incitation. Notre vision dépasse largement les frontières de la France, EDF énergies Nouvelles agit dans toute l'Europe occidentale et se développe aussi fortement aux Etats-Unis. Nous suivons les discussions européennes sur le paquet "énergie-climat" pour voir si ces incitations sont à la hauteur des ambitions affichées de 20 % d'énergie renouvelable dans toute la consommation énergétique de l'Europe (électricité, chaleur, et agrocarburant).

Claude Jeandron EDF

DD - Est-ce que le solaire pourrait devenir compétitif avec le fossile et le nucléaire ?

C. Jeandron - Dans une dizaine d'année, c'est un ordre de grandeur, on pourrait envisager que le coûts de l'électricité produite par les panneaux solaires sera à peu près équivalent au prix de l'électricité distribuée. Il y a néanmoins des incertitudes sur les gains qui seront faits sur les prix des capteurs solaires, mais également sur l'évolution du prix l'électricité. Mais attention le solaire, ne peut être pour nous qu'un complément, il nous faut bien sûr des moyens de production qui fonctionnent la nuit et les jours de pluie.

Les petites phrases de la conférence

Yves Cochet : Les gens qui croient au nucléaire croient que l'humanité est sage et bonne. Mais qui peut croire que l'humanité sera bonne pendant 100 ans (le cycle complet de vie d'un réacteur moderne de sa conception à la fin de son démantèlement) ; il suffit de regarder l'histoire, si Mussolini ou Hitler avaient eu le nucléaire nous ne serions pas là pour en parler...

L'argument d'EDF c'est de dire que le nucléaire n'est pas carboné, donc le nucléaire est la solution contre le réchauffement. Il n'y a aucun investisseur qui va faire le pari du nucléaire dans le contexte de récession.

Michèle Pappalardo - Le monde va avoir besoin d'énergie, donc il y aura des investisseurs. Mais je ne crois pas que le nucléaire prendra un proportion importante. Qu'on le veuille ou non le charbon sera l'énergie des pays en voie de développement et si on ne sait pas stocker le CO2, on va dans le mur.

Yves Cochet - Le réchauffement c'est la moitié du problème. L'aval du carbone c'est la poubelle du monde, c'est l'atmosphère. mais l'amont du carbone c'est dans le sous- sol. 85 % de l'énergie du monde c'est le fossile qui viendra à épuisement. On est hémiplégique si on dit que le réchauffement est le seul problème.

Michèle Pappalardo - On est vraiment des gaspilleurs, alors que le premier gisement d'énergie, ce sont bien les économies d'énergie.

Yves Cochet - Je ne crois pas à la croissance verte. Tout ça me paraît poétique et irréel ; je n'y crois pas pour des raisons de finitude du monde. Mon modèle c'est celui de la décroissance positive et équitable.

DD - EDF se positionne également comme fournisseurs de services en matière d'économie d'énergie. Comment un producteur d'énergie peut-il être crédible sur ce secteur ?

C. Jeandron - Nous savons très bien que l'avenir des systèmes énergétiques combinera des moyens de production propres sans CO2 et une importante action de maîtrise de l'énergie ; mais comment pouvons-nous être crédible ? Nous allons faire évoluer notre modèle d'affaire, au delà de la vente d'énergie, avec la vente de services et d'autres produits. Nous produisons déjà des panneaux solaires [Tenesol] des cheminées à bois ou des inserts [Supra], et des activités de services. Notre action la plus massive en matière d'économie d'énergie porte sur le bâtiment. Nous avons mis en place depuis plus de deux ans un programme d'économie dans le bâtiment qui porte à la fois sur l'isolation et les systèmes de chauffages. En trois ans nous aurons participé directement à la rénovation de 350 000 logements, de 120 000 logements sociaux et on va probablement doubler cet objectif sur les trois années qui suivront.

DD - Quelle économie ?
C. Jeandron - Sur un pavillon des années 50, on peut faire un gain de 50 %, mais en moyenne le gain est de 30 % si on combine à la fois les améliorations du système de chauffage et de l'isolation.

DD
- Pratiquement comment fait le particulier ?
C. Jeandron - Il suffit de s'adresser à l'agence commerciale ( N° de téléphone sur votre facture). Vous pouvez contracter plusieurs niveaux d'engagements depuis un simple conseil, jusqu'à un accompagnement au choix de fournisseur ( installeur, entreprise d'isolation etc.) et pouvant aller jusqu'à prise en charge complète de la rénovation du logement (combles, fenêtres, chauffage, isolation) . Ceci repose fortement sur des partenariats avec des partenaires artisans et PME, nous avons plus de 5 000 partenaires. Le niveau basic s'appelle Objectif Travaux, vous obtenez un diagnostic d'un technicien qui vient chez vous et des conseils pour assurer le bon déroulement de votre chantier.

Note : Une autre partie de l'interview de Claude Jeandron concerne les effluents radioactifs des centrales nucléaires. Nous l'inclurons dans un prochain dossier sur l'explication de la radioactivité et la mesure de ses effets sur l'homme.

Aller plus loin

Site EDF développement durable

Site EDF Energies Nouvelles (filiale 50%)

Site de Tenesol (panneaux photovoltaïque)

Le rapport développement durable 2007 d'EDF

Le rapport développement durable 2007 en PDF

Avanatages et inconvénients des différents types d'énergies, selon EDF (PDF)

Site EDF institutionnel

Eléctricité Réseau Distribution France (ERDF), réseau de distribution moyenne et basse tension ( filiale à 100%)

RTE gestionnaire du réseau de transport d'électricité ( filiale à 100% )

Quelques autres filiales 

EDF Energies nouvelles réparties (filiale EDF Energies nouvelles et EDF)  : kits solaires photovoltaïques, chauffe-eau solaire, pompes à chaleur, chauffage au bois.

EDF Energy, filiale britannique. Producteur et opérateur de réseau

EnBW,  filiale allemande détenue à 45 %. Fournisseur d'énergie.

Tiru, filiale à 51% spécialisée dans la valorisation des déchets ménagers.

Dalkia.  Réseaux de chaleurs, gestion d'installations énergétiques, cogénération. Filale de  Véolia Environnement ( 66%) et  de EDF 34 %.

EnXco. Société américaine, filiale de EDF Energie Renouvelable specialisée dans l'éolien et dans le solaire.

Aux Etats-Unis le Groupe EDF ambitionne d'être un acteur du nucléaire par sa participation dans Constellation Energy. Par ailleurs, il est actif dans la production d'énergies renouvelables notamment via enXco. Enfin, EDF a conclu un partenariat de recherche avec L'Electric Power Research Institute (EPRI).

Références :

1) Véritable Think Tank du mouvement des Junior-Entreprises depuis 1991, le Club Junior-Entreprises souhaite, à travers ses conférences fournir aux Junior-Entrepreneurs des pistes de réflexion, source d'enrichissement de leur vie de citoyen et d'acteur économique. Le Club Junior-Entreprises s'articule autour de deux formats : le débat et l'interview.  Etaient présents Yves Cochet, Député des Verts de la 11e circonscription de Paris, 14e arrondissement & ancien Ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, Michèle Pappalardo, commissaire générale au développement durable et déléguée interministérielle au développement durable.


2) EDF poursuit le renforcement de ses capacités de production d’électricité en France. (Extrait du communiqué EDF du 14 novembre 2008). 

Pour Pierre Gadonneix, Président Directeur Général d’EDF, « Après 10 ans sans investissement dans de nouveaux moyens de production, EDF confirme aujourd’hui son engagement pris en octobre 2005 de diversifier ses moyens de production, tant thermiques que nucléaires, avec la construction du nouveau réacteur EPR de 1650 MW à Flamanville en Normandie, dont la mise en service est prévue en 2012. Les nouvelles capacités thermiques, particulièrement adaptées aux périodes de forte demande comme l’hiver vont contribuer à renforcer la sécurité d’approvisionnement. ». Ces investissements s’inscrivent dans un grand programme de mise en service de 6 000 MW de capacités de production supplémentaires en 6 ans sur la période 2006-2012 (soit l’équivalent de la consommation de 6 millions d’habitants), dont plus de 2/3 de production « de pointe ».

3) EDF a déposé officiellement ( voir le communiqué AFP) une offre de rachat de l'exploitant britannique de centrales nucléaires British Energy (BE) pour un montant de 15 milliards d'euros. EDF devrait réduire la facture revendant 25% de BE au gazier britannique Centrica. ( voir notre article British Energy le tour du futur propriétaire)

Egalement sur DDmagazine

Dans 10 ans le nucléaire sera compétitif avec le nucléaire (interview de Vincent Jacques le Seigneur, patron de L'institut national de l'énergie solaire)

Qu'est ce qu'un kWh ?

Seagen, les hydroliennes ça marche !

British Energy, le tour du futur propriétaire

Centrales nucléaires : prenez de la hauteur (tourisme nucléaire au-dessus de la France en vidéo)