Connaissez-vous Soleil en tête ?

jeudi 04 décembre 2008 Écrit par  Alexandra Lianes
Eric Laborde, president de soleil en teteRégulièrement nous vous présenterons des portraits d'entreprises ou d'organismes dans le secteur du DD. Nous commençons avec Soleil en tête, spécialisée dans l'installation chez le particulier de sytèmes solaires thermiques et photovoltaïques et de pompes à chaleur. L'occasion de rencontrer Eric Laborde, président de Soleil en tête [Photo ci-contre] et de  présenter son entreprise. Mais aussi de l'interroger sur le développement du marché des énergies renouvelables et d'aborder avec lui les accélérateurs et les freins d'un marché en plein développement. 

 

Pour commencer, nous vous proposons de regarder Eric Laborde à qui nous avons demandé de présenter Soleil en tête et les points forts de sa société. 

[video:http://fr.youtube.com/watch?v=dp9iwQK7Whk 320x240]

Soleil en tête est une société de vente et d’installation d’énergies renouvelables exclusivement orientée vers le particulier. A ce jour, la société compte un réseau de 16 franchisés avec à sa tête la société mère Episol, le premier site pilote du réseau Soleil en tête implantée à Fillinges (Haute-Savoie). Créée en 2004 par Eric Laborde et Thierry Chaix, Episol était à l’origine spécialisée dans la commercialisation de chaudières bois et de systèmes de géothermie avant de se spécialiser dans la vente et l’installation de systèmes de production d’énergie solaire photovoltaïque et thermique et de pompes à chaleur.

En décembre 2007, les deux dirigeants ont souhaité donner une nouvelle orientation à leur société en développant ce réseau de franchise. EDF Energies Réparties est l’un des actionnaires. Objectif : atteindre une centaine de points de vente sur tout le territoire français en 2012 et avec un chiffre d'affaires estimé à 180 millions d'euros.

 Soleil en tête en bref :
Date de création : décembre 2007
Activité : vente et installation de systèmes
solaires photovoltaïque, thermique
et de pompes à chaleur.
Chiffre d’Affaires 2008 : 2 M €
Répartition du chiffre d’affaires :
60 % photovoltaïque,
20 % pour le thermique
20 % pour les pompes à chaleur.
Chiffre d'affaires prévisionnel (2009) :
18 M €

« Le marché des énergies renouvelables est un marché immense qui est seulement en train de démarrer. Il s’installera en termes de panneaux solaires, cent fois plus de panneaux dans dix ans. Aujourd’hui nous n’en sommes qu’au démarrage. Démarrage d’une aventure industrielle. Dans 20 ou 30 ans, on aura des panneaux sur toutes les maisons. En 2008, le marché à certainement doublé. Mais ça reste une goutte d’eau par rapport au nombre de toits qu’il reste à équiper. Le potentiel est immense. » C’est en ces termes qu’Eric Laborde décrit le marché des énergies renouvelables. 

Et malgré les incertidues quant aux effets de la crise sur le marché, le président de Soleil en Tête affiche sa confiance. Car, rappelle-t-il : « On est sur un secteur tendance. Le marché continuera à croître. Et ce d’autant plus que l’on dit que les plans de relance seront très ciblés sur tout ce qui est énergies vertes. » Quant aux effets de la baisse du coût des énergies fossiles, Eric Laborde reconnaît que les demandes spontanées pour l’achat de pompes à chaleur ont diminuées.

Dans le domaine du photovoltaïque, qui représente 60 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, le constat est différent « Sur le photovoltaïque, c’est comme pour le téléphone portable, c’est un produit qui s’impose au client ». Considéré par le chef d’entreprise comme « un produit financier qui permet de faire un investissement écologique ». Traduction par l'intéressé : « Le photovoltaïque est le geste écologique le plus rentable ». Et donc des perspectives de développement du marché.

Un développement qui dépend fortement des dispositions incitatives que sont le crédit d’impôt et le tarif d’achat par EDF. « Le tarif d’achat, c’est le carburant du marché. Sans ce tarif il ne reste plus rien. »

" Le Photovoltaïque est le geste écologique le plus rentable. "Cela explique pourquoi Eric Laborde redoute les changements de dispositifs incitant à installer des énergies renouvelables. « Il y a de nouveaux dispositifs tous les ans. En attendant, cela bloque le marché. » Et de citer pour exemple les changements de politiques des Régions ou encore le prêt à taux zéro dont il attend avec une certaine inquiétude les critères d’attribution par les banques.

Si certaines études prédisent un marché du rentable photovoltaïque sans subventions « entre 2015 et 2017 » en France, la donne n’est pourtant pas la même en matière de thermique. « Le thermique vous fait faire des économies d’énergies sur ce que vous dépensez pour vous chauffer. Ce n’est pas facile de dire quand la rentabilité va arriver. »

Et le chef d’entreprise de résumer : « Pour le photovoltaïque on crée le besoin, pour le thermique on répond à un besoin et la pompe à chaleur c’est une demande de renouvellement de chaudière. C’est trois besoins différents. »

Le pétrole cher, un accélérateur pour les énergies renouvelables

Les investissements dans les énergies renouvelables sont conséquents. Cela explique sans doute que de la clientèle de Soleil en tête soit dans sa grande majorité des cadres aisés ou du moins libérés du remboursement de l’emprunt pour leur résidence principale.

Et malgré la baisse récente du prix du pétrole, Eric Laborde à un argument pour convaincre les foyers plus modestes. « Si l’on continue d’avoir une augmentation entre 3 et 5% par an du fioul domestique, dans 20 ans vous ne pourrez plus vous payer le chauffage. Cela représentera un deuxième loyer. Alors que si vous commercer à mettre des appareils de production d’énergie et d’économie d’énergie, vous figez vos coûts énergétiques à ce jour. Alors ils n’ont peut être pas les moyens, mais si ils ne le font pas, ils n’auront pas les moyens de se payer le fioul. »

Alors évidemment tout ce qui irait dans le sens de l’augmentation du coût des énergies fossiles fait sourir le dirigeant d’entreprise. « A chaque augmentation du pétrole, le nombre de nos clients augmente ». « Une éco-taxe sur le pétrole et sur la consommation liée au chauffage serait très bien, bien sûr. C’est une façon de mesurer les économies d’énergies. Cela ferait monter le marché sur lequel nous sommes. »

A lire aussi sur DDmagazine : 

Dans 10 ans le solaire sera compétitif avec le fossile et le nucléaire - Interview du président de l'Institut national de l'énergie solaire.

La Sillicon Valley se couvre de panneaux solaires

Solaire en couches minces : 9 500 m² sur un seul toit  

Découverte du siècle pour stocker l'énergie solaire

Abou Dhabi prépare l'après pétrole  

Quelle surface de panneaux solaires pour couvrir l'énergie du monde entier ?

Etats-Unis, le grand plan pour se passer du pétrole

Quand le solaire habille les façades

Nanosolar : une révolution du panneau solaire