L’Atlas du carbone et de la biodiversité

vendredi 23 janvier 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

atlas-carbone-biodiversite-1.jpgLe programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) publie la première version de l’Atlas des puits de carbone et de la biodiversité dans le monde. Objectif : mettre en avant les zones riches en carbone et en biodiversité afin que les gouvernements et les investisseurs privés puissent à la fois combattre le changement climatique et participer à la préservation de ces richesses naturelles. Photo DR : Charles Besançon.

L’écosystème terrestre stocke une quantité de carbone estimée par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) à 2 000 milliards de tonnes (Gigatonnes) dans le bois et les sols, avec une proportion significative située dans les écosystèmes tropicaux. Une richesse pourtant mise à mal par la déforestation, responsable de 20 % des émissions globales de gaz à effet de serre, d'après les experts de l'ONU.

Avec l'édition de cette première version de l'Atlas du carbone et de la biodiversité, le PNUE entendent à la fois fournir un outil permettant de répondre à la crise climatique et de participer à la préservation des espèces animales et végétales les plus menacées. Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE explique : "En indiquant les zones où s’imbriquent ces stocks de carbone et une riche biodiversité, l’Atlas met en lumière les sites où les gouvernements et les investisseurs peuvent régler deux crises pour le prix d’une. Cela exclu les autres bénéfices que peut rapporter un investissement dans une 'infrastructure' telle qu’un écosystème forestier : de la stabilisation des sols à la leur préservation en passant par l’amélioration de l’approvisionnement en eau pour les localités et les régions."

atlas-carbone-biodiversite.jpg

DR : UNEP-WCMC.
Cet Atlas inclus les cartes régionales et nationales de six pays tropicaux. Chacune met en lumière les zones où les puits de carbone coïncident avec des zones riches en biodiversité. Elles localisent aussi les zones placées sous haute protection.

A titre d’exemple, les Andes tropicales sont considérées comme le plus haut lieu de la biodiversité dans le monde alors que la forêt tropicale amazonienne, héberge environ un quart des espèces au monde. Ces deux zones représentent 11 % du stock mondial de carbone dans les Néotropiques.

Dans l’Afrique tropicale, 60 % des zones riches en biodiversité sont concentrées dans des zones riches en carbone. Elles comptent un total de 18 milliards de tonnes de carbone. En Tanzanie, certaines zones clés de la biodiversité, contiennent 17 % du stock de carbone du pays.

Au Vietnam, les zones protégées couvrent 32 % des terres identifiées comme riches en carbone et en biodiversité démontrant la valeur potentielle de ce système.

En Papouasie Nouvelle Guinée, la carte illustre comment le pays dans sa totalité, qui est riche en biodiversité, compte aussi de larges zones riches en carbone. Elle démontre aussi que les zones protégées actuelles ne couvrent que 14 % des puits de carbone.

Cet Atlas est l'oeuvre du Centre mondial de surveillance et de la conservation de la Nature du PNUE (UNEP-WCMC) avec le gouvernement Allemand et le soutien financier de la Humane Society International Printed pour la production de l'Atlas sur CD.  Il a été produit suite à la réunion sur le climat qui s’est tenue à Bali (Indonésie) en décembre 2007. A cette occasion les gouvernements se sont accordés à considérer le système REED, (Réduire les émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts) comme étant part intégrante de l’accord sur le climat qui doit être signé fin 2009 à Copenhague. Une nouvelle version de l'Atlas est attendue pour la réunion de Copenhague. Il répertoriera un plus grand nombre de pays avec des données nationales plus précises.

Pour télécharger l'Atlas (PDF)

A lire aussi sur DDmagazine : 

Avec Google Earth sous les mers

Découvrez le fantastique atlas de l'Afrique en mutation

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.