Pourquoi Google sera le maître du monde

jeudi 12 février 2009 Écrit par  Yves Heuillard

google-power-meterGoogle vient d'annoncer aux Etats-Unis la sortie prochaine d'un logiciel destiné aux ménages pour mesurer en détail et en temps réel leur consommation d'électricité. Un produit plutôt simple à faire, qui sera gratuit et qui lui fera gagner de l'argent, beaucoup d'argent, nous vous expliquons comment. Un tel système est prêt en France, nous en parlions en novembre dernier. Pourquoi n'est-il pas sur le marché ?

Rien de tel pour réduire sa consommation d’électricité que de pouvoir la suivre en temps réel. Google l’a bien compris et travaille actuellement sur un prototype de logiciel permettant aux ménages de mesurer en détail et en temps réel leur consommation domestique. Comment ? Les informations sont mesurées grâce à une nouvelle génération de compteurs électriques numériques. Le logiciel Google Power Meter actuellement en phase de test permettra ensuite aux utilisateurs de visualiser leur consommation. Le logiciel sera disponible gratuitement une fois les partenariats noués avec les fournisseurs et les fabricants de compteurs numériques.

Suivre la consommation électrique d'un ménage, c'est compliqué?  Non, il suffit d'un peu d'électronique, de logiciel, quelques capteurs numériques, d'une interface au protocole Internet, d'une liaison réseau. En France, Edelia, une filiale du groupe EDF, ou Voltalis le font déjà, mais pas au travers d'internet. Une autre entreprise, Vezelia, propose ce service aux professionnels, aux administrations, aux collectivités locales mais pas directement aux particuliers. Vizélia n’a pas souhaité communiquer les tarifs de ses services qui seraient de "l’ordre de quelques euros par mois" en fonction du type de technologie installée.  

Nous faisions remarquer en octobre dernier qu'un tel service ne pouvait marcher que dans une logique de gain partagé, gagnant-gagnant. Voulez-vous payez un abonnement mensuel - encore un - pour faire d'hypothétiques économies ? Probablement pas. Si c'est gratuit, sauf à acheter quelques petits boitiers électroniques, c'est différent ; d'autant que c'est amusant. C'est ce que va probablement proposer Google, et gagner beaucoup d'argent. Voilà comment ça marche, en tout cas comment ça pourrait marcher, car il s'agit d'une supposition de notre part. 

Comment gagner beaucoup d'argent avec un service gratuit 

1) En suivant sa consommation dans le détail, le consommateur est à même de repérer les sources d'économies possibles. En particulier, il peut déplacer des consommations des heures pleines dans les heures creuses.  Le message de Google c'est " Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas l'améliorer " selon la formule de Lord Kelvin, l'un des plus célèbres physiciens britannique du 19ème siècle.

2) Mettez-vous maintenant dans la peau du fournisseur d'un tel sercvice. Supposez que vous ayez une base de 3 millions de consommateurs d'électricité. Vous êtes à même de leur proposer de les rémunérer pour déplacer leur consommation d'électricité (une machine de linge, un radiateur, bientôt un véhicule électrique) de quelques heures, ou même de quelques minutes. Et c'est ça qui vous fait gagner de l'argent.

En France par exemple, EDF investit des centaines de millions d'euros dans des centrales thermiques, uniquement pour réguler le réseau, pour répondre instantanément aux fluctuations de la demande. L'autre solution,  celle dont nous parlons ici, consiste à réguler, à l'envers, en adaptant, la demande à l'offre. Monsieur Dupont, si vous me permettez d'arrêter votre radiateur pendant 20 minutes par jour, au moment où je le décide,  j'économise des centrales à gaz, ou plus exactement je les fais économiser aux fournisseurs d'électricité et je gagne des millions, et je vous aime !

3) Et puis, connaissant les habitudes de consommations de millions de foyers,  je peux aussi leur faire des offres commerciales. Tenez par exemple, je vous reprends vos convecteurs, et je vous mets une pompe à chaleur, je m'occupe de tout, je finance l'opération, vous signez là c'est tout. Qu'on garde bien ceci en tête : le principal gisement d'énergie, c'est l ' é-co-no-mie ! (Un rapport du McKinsey Institute de 2008 fait état d'une possible économie de 50 %). Mettre en place un tel service est équivalent à construire plusieurs grosses centrales électriques. Google l'a compris. Au lieu d'investir dans la recherche pétrolière ou dans le nucléaire, il propose à ses actionnaires pour un résultat, probalement meilleur, un investissement dans l'intelligence.

Pourquoi les gaulois ne le font-ils pas ?

Et pourquoi cette idée, que nous aurions pu revendre au monde entier, n'est-elle pas née chez nous ? Mais si, ça existe, comme nous l'avons vu ; et l'idée n'est pas neuve. Alors ? Alors, vous n'y songez pas ; ce truc, pourrait m'éviter de fabriquer un EPR ou deux et quelques centrales thermiques, ce qui ennuieraient bien quelques-uns de mes amis...

Et mesurer la consommation par Internet, vous avez pensé au chômage ? Rien que les releveurs de compteurs, ça fait combien de chômeurs ? Sans compter que je facture moins de courant et que je perds les taxes sur l'électricité, ce n'est pas rien. Et puis entre nous, je n'ai pas envie que quelqu'un puisse compter mes milliards de kilowattheures, c'est un truc sérieux ça. D'ailleurs votre appareil, il est homologué ? vous avez l'agrément ? qui sont vos actionnaires ?

J'ai l'impression de revivre l'époque de l'informatique, puis de la micro-informatique, du Plan Calcul au rachat par Bull du 3ème constructeur mondial de micro-ordinateur ( Zénith), que l'ont fit péricliter en un an, pendant que les meilleurs ingénieurs du monde, les Bouhot, Cottin, Truong, s'échinaient à fabriquer des merveilles, qu'on ne produisit qu'à quelques unités. C'est que l'informatique, c'était militaire, c'était l'Etat, c'était Bull.  Plus récemment - j'ai les preuves - lors des débuts de l'effervescence Internet aux Etats-Unis, combien s'accrochaient à l'idée qu'ayant inventé le Minitel, qui lui était payant, ce web incontrôlable  ne serait qu'un épiphénomène. 

Google n'a pas besoin d'être intelligent, en tout cas pas plus que d'autres. Ce sont nos lenteurs, nos corporatismes, notre affairisme, qui les feront maîtres du monde.

A lire aussi sur DDmagazine : 

Gratuit : Mombox analyse vos dépenses d'électricité

EDF peaufine son service de suivi de la consommation d'électricité