Les eaux usées pour se chauffer : ça marche !

mardi 17 février 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

recuperation-eaux-usees.jpgLa Lyonnaise des Eaux a lancé depuis peu un nouveau système de chauffage à destination des collectivités pour récupérer l'énergie des eaux usées.  La solution permettrait de faire jusqu’à 60 % d’économies sur la facture de chauffage et de climatisation. Zoom sur un procédé importé de Suisse.

Quand vous prenez une douche, a fortiori un bain, quand vous lavez la vaisselle, les calories de l'eau sont perdues dans les égouts. Récupérer ces calories, c'est ce que propose la Lyonnaise des Eaux aux collectivités pour chauffer les logements et les bureaux.  Les eaux usées des salles de bains et des appareils électroménagers  (lave-vaiselle, lave-linge…)  ont  une  température moyenne  comprise  entre  11  et  17°C.  C'est-à-dire bien plus chaudes l’hiver que la température ambiante extérieure et inversement l’été.

Le procédé repose sur un brevet déposé en 2000 par la société Suisse Rabtherm. La récupération de chaleur est déjà bien répandue en Suisse. La ville de Bâle et ses environs sont pilotes en matière de chauffage par les eaux usées. La ville de Winterthur  a  inscrit  la  récupération  de  chaleur  des  eaux  usées  dans  son  plan communal  de  l’énergie.  Pour  toute  nouvelle  construction,  l’utilisation  de  la chaleur des eaux usées doit être étudiée comme source d’énergie. Notre article sur un immeuble zéro énergie en Suisse mentionne un tel système (voir l'article). En France, la filiale Suez Environnement le développe depuis novembre 2008 via un le programme "Degrés bleus" de sa filiale La Lyonnaise des eaux.

Comment ça marche ?

Ce mode de chauffage fonctionne grâce à un échangeur et une pompe à chaleur (PAC). L’échangeur à plaques, placé dans la canalisation d’eaux usées, va réchauffer les tuyaux et surtout l’eau en circuit fermé de l’échangeur. Cette eau réchauffée va à son tour alimenter une pompe à chaleur.

Car la température des eaux usées ne suffit pas pour être utilisée telle quelle. C’est pourquoi une pompe à chaleur est indispensable pour élever la température à un niveau exploitable, c’est-à-dire entre 50 et 70°C. La PAC servira ensuite à alimenter un réseau de chaleur qui dessert plusieurs bâtiments.  La pompe à chaleur permet d’extraire la chaleur du fluide qui passe dans l’échangeur pour la transférer vers le fluide qui alimente le circuit de chauffage. La PAC étant un réversible, l’été elle peut servir pour rafraîchir les bâtiments.

Pour fonctionner, le débit de canalisation doit être de 15 litres par seconde par temps sec, soit environ 8000 à 10 000 habitants raccordés. Le procédé est donc particulièrement bien adapté aux milieux ruraux denses. La Lyonnaise des Eaux précise que ce système "peut être installé aussi bien pour de nouvelles constructions que pour les bâtiments anciens". Mais que "l’usage optimal des pompes à chaleur nécessite de produire  une  puissance  thermique  d’au  moins  150  kW  ce  qui  correspond  à  celle  d’une  cinquantaine d’appartements".

Le coût de cet équipement, "variable en fonction du contexte urbain de chaque installation", peut être amorti en "quelques années pour une durée de vie de l’échangeur de 30 ans". Le groupe précise,  que l’obtention  de subventions pourrait bien sûr  encore  réduire  le  temps de retour sur investissement, de même qu’une augmentation du coût des énergies fossiles. 

A lire aussi sur DDmagazine : 

Habitat économique : l’exemple de Bonne

Un grand ensemble zéro énergie en Suisse

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire jeudi 08 septembre 2011 Posté par Leewen

    Ce système est très interessant mais la suite de la chaine est impactée par ce captage énergetique.
    Les STEP en bout de course sont prévues pour recevoir des flus à  une température donnée pour l'activation de la flore.
    L'hiver, le pompage d'energie va entrainer une chute de la température, les STEP vont devoir trouver des solutions pour rechaufer ces effluents à  l'entrée dans leurs bassins de décantation.
    L'été, effet inverse, la température va augmenter dans ces effluents et risque de perturber le bon fonctionnement des stations...
    Cette problématique a t'elle été prise en compte?
    bonne journée

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.