La ventilation double flux : ventiler sans refroidir

lundi 02 mars 2009 Écrit par  Yves Heuillard

principe de ventilation double fluxArme stratégique pour faire des économies d'énergie, la ventilation double flux sert à ventiler une habitation sans pour autant la refroidir. Pour un bilan thermique encore meilleur, on peut la coupler à un puits canadien, mais ce n'est pas obligatoire. Voici dans le détail comment ça marche. Les illustrations ont été fournies par la société Helios.

Pour maintenir un air sain dans une maison, il  faut ventiler ; ne serait-ce que pour renouveler l'air nécessaire à notre respiration. En cause l'humidité générée par la cuisine, les lavages et les salles de bains qui est source de moisissures ; également  les polluants chimiques liés par exemple, aux peintures, aux colles, ou aux vernis, ou encore à l'utilisation de produits d'entretien. La ventilation devient d'autant plus nécessaire que faire des économies d'énergie, aboutit, dans le cas extrème des maisons passives, à rendre les habitations totalement étanches à l'air.

Bien ! Il faut donc ventiler. Mais ventiler c'est amener de l'air froid de l'extérieur vers l'intérieur et rejeter de l'air chaud de l'intérieur vers l'extérieur. Il va sans dire que le bilan énergétique de la ventilation peut ruiner les efforts de calfeutrement faits par ailleurs. Seule solution : la ventilation double flux avec récupération de chaleur. Tout le monde en parle, les constructeurs de maisons passives la mettent en oeuvre systématiquement, les architectes la recommandent.

Comment ça marche 

ventilation double flux principe

Le principe est simple : l'air intérieur est aspiré dans les pièces humides [5] (cuisines, salles de bains) et passe dans un échangeur à plaques [4] où il transmet ses calories à l'air entrant venant de l'extérieur [1] avant d'être rejeté [3]. L'air entrant réchauffé par l'air extrait est envoyé vers les pièces sèches [2]. Le rendement peut atteindre 90%. (schémas de principe ci-dessus et ci-dessous, fournis par Helios).

ventilation avec récupération d'énergie

En vidéo : à l'intérieur de la VMC double flux

[video:http://www.youtube.com/watch?v=b9YK8BXbzr8 320x256]  Lors de notre visite de la maison passive de la rue Mouton Duvernet dans le 14ème arrondissement de Paris, Mr Dominique Fernandez de l'entreprise Farc SARL nous a ouvert une centrale de ventilation double flux pour nous expliquer comment ça marche.

Avec un puits canadien

Puits canadien en amont de ventilation double flux

La centrale double flux est souvent associé à un puits canadien, ce qui la rend encore plus avantageuse. En hiver, l'air extérieur passe par le puits canadien où il se réchauffe jusqu'à 14 ou 15 dégrés grâce à la température de la terre. En mi-saison dès que la température de l'air extérieur dépasse 15 ou 16 degrés, l'air est aspiré directement à l'extérieur sans passer par le puits canadien. En été, quand on atteint une température de l'air extérieure supérieure à 25 degrés, on fait passer à nouveau l'air par le puits canadien pour le refroidir. Ci-dessus le schéma de principe dans le cas d'une maison avec cave.  L'avantage puits canadien + VMC double flux n'est toutefois pas aussi important qu'il n'y paraît en première analyse, et selon les régions, cet avantage peut être très minime. Reportez-vous aux commentaires et explications d'un lecteur avisé (Armand) à la fin de cette article.

En savoir plus sur le modèle Helios  KWL EC 450 présenté dans la vidéo 
Le modèle présenté dans la vidéo et mis en oeuvre dans la maison passive Mouton-Duvernet à Paris (voir notre article) est doté d'un échangeur de chaleur en aluminium avec un rendement de 90% (l'échangeur offre12 m2 de surface d'échange dans une boîte dont la plus grande dimension est de l'ordre de 30 cm). l'intérieur d'une VMC double-fluxDeux ventilateurs à faible consommation. Débits jusqu'à 450 m3/h.  Evacuation des condensats en partie basse. Filtre à air G4 sur l'air extérieur (antiallergène de classe F7 en option). Bypass manuel pour dévier l'échangeur de chaleur en été (pas de récupération de chaleur).  Résistance électrique de préchauffage de l'air en cas de température éxtérieure négative. Régulation du débit d'air par télécommandes (3 télécommandes possibles en série, par exemple sur 3 étages), sondes CO2 et deux sondes hygrométrtiques. En option : domotique de commande centralisée par bus EIB, ou LON ou signal externe 0-10V ou 4-20ma. Dimensions : 702 x 704 x 492 mm. Poids 66 Kg. Sur le site d'Helios on trouve toute la documentation technique.

A lire aussi sur DDmagazine

Une maison passive à paris : et si c'était à refaire ? 

Notre guide pratique sur le puits canadien

Tous nos articles sur les maisons passives