Sables bitumineux : Obama fait le mauvais choix

mardi 24 février 2009 Écrit par  George Monbiot

sables-vitumineux-alberta.jpgDans son dernier article paru dans le Guardian, le journaliste britannique George Monbiot s'interroge sur le choix que Barack Obama fera sur l'exploitation du pétrole à partir des sables bitumineux de l'Alberta au Canada. Le président américain s'est rendu jeudi dernier au Canada où il a rencontré le Premier ministre. Mais l'issue des débats n'est pas celle qui était espérée par le journaliste britannique. Traduction Alexandra Lianes. Photo : Exploitation des sables bitumineux, à Alberta. DR Suncor Energy Inc .

Une histoire, deux informations contradictoires.

Lors de sa visite au Canada, le 19 février, Barack Obama a finalement opté pour la première option : la capture et le stockage du CO2. Le président américain et le Premier ministre canadien ont signé un accord de coopération sur les technologies vertes dans l'énergie. Cet accord porte notamment sur la capture et le stockage du dioxyde de carbone avant son extraction.
Le gouvernement conservateur ainsi que le secteur énergétique craignaient que l'administration d'Obama ferme les barrières aux projets polluants des sables bitumineux de l'Alberta. Le président américain avait pourtant affirmé qu'il voulait imposer des standards environnementaux sévères pour le carburant.

La première, sur Bloomberg news, laisse entendre qu’au-delà d’une rencontre avec le premier ministre canadien, Barack Obama croit que son voisin nordique peut rendre plus écologique ses sables bitumineux, qui deviennent incompatibles avec sa révolution énergétique propre.

La seconde, dans Nature, insinue que ses mesures en faveur de l’environnement feront disparaître la production des sables bitumineux – qui approvisionnent principalement les USA – en la rendant inabordable au sud de la frontière.

Je pense que vous pouvez imaginez quelle issue je préférerai. Pour le bien fondé de l’argument, acceptons ces propositions improbables :

1) Que l’opération d’extraction des sables bitumineux d’Alberta puisse employer la méthode de capture et de stockage du carbone, réduisant les émissions liées à la transformation des sables de 80 à 90 % ;

2) Que cela puisse être fait à des prix tellement compétitifs que la production de pétrole à partir des sables bitumineux reste économiquement viable ;

3) Que cela puisse être fait assez vite pour lutter contre l'effondrement climatique mondial.

Cela nous laisse quand même avec deux problèmes intraitables. Le premier est que même si l’extraction et la transformation des sables bitumineux produit guère plus de dioxyde de carbone que la production de pétrole ordinaire, ce truc sera quand même brûlé dans des voitures ; et il n’y a pas de perspective technologique de capture et de stockage de carbone qui pourrait régler cela. Nous aurons une chance de prévenir ce désastre climatique à l’échelle mondiale seulement si nous réduisons la quantité de carburants fossiles extraite du sol.

Le second est que la pollution carbonique est seulement un des impacts de la production pétrolière à partir des sables bitumineux. L’exploitation minière détruit de vastes étendues de forêts et de zones humides. La transformation empoisonne de grandes quantités d’eau, qui reposent dans des lagunes toxiques toujours plus grandes, ou alors qui sont déversées dans les rivières, aux risques et périls à la fois de la vie sauvage et de la santé humaine.

Vous n’avez qu’à voir ne serait-ce que quelques photos de ces opérations pour admettre qu’il n’existe pas de tels sables bitumineux « propres », tout comme – une fois tous les impacts pris en compte – il n’existe pas non plus de charbon propre.

La production de pétrole dans l’Alberta garantit que le Canada est en train de bousiller son propre environnement, et s’éloigne encore plus des ses engagements pris à Kyoto, comme aucun autre pays ayant ratifié le traité. Son gouvernement n’a aucunement l’intention de fermer la nappe bitumineuse de l’Alberta. Espérons qu’Obama choisisse la bonne voie lors de sa rencontre avec le Premier ministre canadien Stephen Harper aujourd’hui (jeudi 19 février), et qu'il s’assure que l’industrie devienne impossible à maintenir.

Le blog de George Monbiot

A lire aussi sur DDmagazine : 

Les sables bitumineux dévastent le Canada 

L'exploitation des sables bitumineux pèse sur l'environnement

L'idiot de l'énergie fossile 2008, and the winner is...

Tous les articles de George Monbiot