Une maison passive en matériaux traditionnels

jeudi 26 février 2009 Écrit par  Alexandra Lianes
maison-2020-energie-positive.jpg

En Haute-Savoie, l'entreprise Chamois Constructeur inaugurera au printemps une maison individuelle à énergie positive. Produisant davantage d'énergie qu'elle n'en consomme, la Maison 2020 brigue les labels Effinergie et Minergie et prend de l'avance sur la futur réglementation thermique tout en employant des matériaux de construction traditionnels.

De plus en plus, les constructeurs vont devoir réduire la consommation énergétique de nos logements. En 2020, toutes les constructions neuves devront produire davantage d'énergie qu'elles n'en consommeront. On parle alors de bâtiment à énergie positive (Bepos). 

Consciente de ces perspectives, Chamois constructeur, une entreprise familiale implantée à la Balme de Sillingy en Haute-Savoie, a décidé de prendre les devants. En janvier 2006, elle entamait un projet de recherche, qui a duré deux ans, en partenariat avec les équipes de recherche du label de construction écologique suisse Minergie et de l'Institut national de l'énergie solaire (Ines). Depuis septembre 2008, les travaux de la maison prototype ont démarré et devraient s'achever au plus tard en mai 2009.

L'objectif pour l'entreprise est de prendre de l'avance sur les futures exigences de la réglementation thermique dont on ne connaît pas encore les détails mais qui imposeront de produire de l'électricité renouvelable pour les besoins de l'habitat. Il s'agit aussi pour Chamois Constructeur "de démontrer qu'il est possible de construire en passif avec des matériaux et une architecture traditionnels", explique Jean-Michel Loyon en charge du développement de la Maison 2020.

"Pour construire une maison passive, on n'est pas condamnés à vivre dans des boîtes", explique-til. Et d'ajouter : "Nous avons choisi des matériaux très classiques dont on connaît les performances et le maintien dans le temps."  

Le béton limite la surchauffe d'été

Construite en béton, la Maison 2020 profite d'une "inertie maximum" limitant ainsi les problèmes de surchauffe l'été tout en profitant des apports solaires grâce à une conception bioclimatique. Sa consommation en énergie sera très faible avec un objectif de consommation de 25 kWh/m²/an, soit deux fois moins que les exigences de la certification Bâtiment Basse Consommation (BBC) Effinergie.

Mais la Maison 2020 vise aussi la certification Minergie. Une démarche complémentaire pour l'entreprise située à seulement 40 kilomètres de la frontière et d'une clientèle suisse.

Les besoins en énergie seront assurés ainsi grâce à du solaire thermique pour l'eau chaude sanitaire et avec des panneaux photovoltaïques pour les besoins en électricité. En outre, l'installation d'un système de ventilation double-flux permettra de limiter les pertes de calories dues à la ventilation tout en pompant les calories de l'air vicié pour chauffer l'air entrant.

Les menuiseries, en double vitrage sur la façade sud, sont en triple vitrage au nord, là encore pour limiter aux maximum les pertes d'énergie (notre dossier). En outre, les menuiseries sont posées au nu exterieur du mur et reposent sur des équerres métalliques. Ainsi, "il n'y a pas d'appui béton traditionnel, ces élémenta amenant des ponts thermiques ingérables dans une maison passive", précise Chamois Constructeur.

Quant aux détails constructifs, il faudra attendre l'inauguration de la maison témoin qui doit se dérouler en avril ou en mai 2009. Il est toutefois possible de voir les étapes du chantier sur le site Internet du constructeur

En attendant, le constructeur peut se targuer d'un argument commercial enviable : 12 €/mois pour les besoins de chauffage, eau chaude sanitaire et ventilation. Le tout pour un surcoût d'investissement limité à 10 % par rapport à une construction traditionnelle du même type, comme l'exige le label Minergie. 

A lire aussi sur DDmagazine : 

Minergie, Maison Passive, Effinergie : les garanties

Notre dossier : "Construction : de la RT 2005 aux maisons passives"

Puits canadien + VMC double-flux : comment ça marche 

Ventilation bien contrôlée : énorme gisement d'économies